Le Re’N’Art, un projet de ressourcerie innovante à Pézenas
09/05/2018

Un été Zéro Déchet avec Charlotte !

Charlotte est blogueuse, membre active de l’association Montpellier Zéro déchet, passionnée de Yoga et une voyageuse hors pair ! Au travers de son portrait, nous avons souhaité vous faire rencontrer une jeune femme qui nous inspire et qui est pleine de conseils précis et avisés pour se lancer dans le Zéro déchet cet été ! Elle nous conseille sur les  livres à lire et les films à voir avant de se lancer et nous raconte comment elle a eu le déclic “zéro waste”. 


 

Bonjour ! Je m’appelle Charlotte, j’ai 35 ans, j’ai un diplôme en marketing et j’ai principalement travaillé dans la communication et la publicité dans les domaines outdoor et dans le web, le tout entrecoupé de longs voyages en sac à dos. J’aime donc beaucoup les voyages, comme vous l’aurez compris, et je suis passionnée de yoga et de spiritualité.

Aujourd’hui, j’allie mes passions à un thème principal qui est la conscience (de soi, de notre entourage et de notre environnement) en accompagnant les entrepreneurs et les organisations éthiques vers une meilleure écoute d’eux-mêmes afin de leur permettre de mettre en cohérence leurs valeurs par leurs actions et d’avancer dans leur projet le plus sereinement possible.

Engagée dans l’associatif depuis plus de 2 ans, je suis actuellement membre active de l’association Montpellier Zéro Déchet qui sensibilise à la réduction des déchets. Je lance également virAges, avec une amie. C’est un projet d’accompagnement des festivals qui souhaitent s’engager dans une démarche éco-responsable.

J’ai aussi un blog et une page Facebook sur lesquels je partage quotidiennement des idées et des réflexions sur les thèmes qui me sont chers. Ça s’appelle Just Bulle it.

1- Merci Charlotte et Bienvenue sur notre blog ! Nous avons eu envie de te donner la parole car tu fais partie de ces gens qui s’engagent dans ce que l’on appelle le Zéro Déchet. Peux-tu nous parler de cette démarche et comment tu la mets en place dans ton quotidien ?

Petite, j’ai été élevée avec une certaine sensibilité à l’environnement, ou plutôt avec la conscience de notre impact sur la planète. C’est ce qui a du certainement joué sur la façon dont je vis et consomme aujourd’hui.

Pendant longtemps ma seule action liée à l’environnement consistait à trier avec soin mes déchets et à ne pas jeter mes mégots par terre. Ensuite, j’ai commencé à consommer bio puis local. Mais un jour, j’ai réalisé à quel point le recyclage pouvait être complexe et énergivore. Pour nous à la maison (on ne sait jamais vraiment ce qu’il faut trier), mais aussi au moment où les déchets arrivent dans les zones de tri sélectif. La plupart du temps, les déchets qui sont censés avoir déjà été trié doivent l’être une seconde fois car beaucoup de ce que nous jetons n’est pas recyclable ! Cela est principalement due à des erreurs individuelles au sein des foyers (par manque d’informations souvent) ainsi que des consignes différentes selon les centres de tri. Il faut s’imaginer le coût monétaire et énergétique de ce re-tri du tri !

Ensuite pour les déchets en plastique, il est important de savoir qu’ils ne sont pas tous recyclables, (certains sont mélangés avec des résines, des colorants qui les rendent très difficiles et coûteux à recycler) et seulement 20 à 30% de ceux qui peuvent l’être, le sont, dont une grande partie en Asie ! Sans compter que le plastique ne peut pas être recyclé sans fin !

C’est au moment où j’ai pris conscience de tout ça que j’ai décidé de remonter à la source du problème et de changer mes habitudes de consommation.

Concrètement, voici comment je m’organise:

  • je fais quasiment toutes mes courses en épicerie vrac avec mes sacs en tissus et mes bocaux,
  • j’ai un lombricomposteur dans mon appartement pour éviter de jeter mes déchets organiques à la poubelle et avoir de l’engrais home made pour les plantes de mon balcon
  • j’achète beaucoup en seconde main autant pour mes vêtements que pour mes meubles ou mes outils,
  • et pour mes déplacements en ville, je fais tout en vélo !

 

2 – Aujourd’hui tu es bénévole active de Montpellier Zéro Déchet. Peux-tu nous parler de l’origine de l’association, des actions dans lesquels tu t’investies particulièrement ainsi que des projets à venir ?

 

Montpellier Zéro Déchet existe depuis plus de 2 ans. D’abord sous la forme d’un groupe local, c’est une association à part entière depuis moins d’un an.

Rattachée à Zéro Waste France, elle a pour but de sensibiliser à la réduction des déchets en proposant des solutions concrètes et d’accompagner les individus et les collectivités qui le souhaitent, à mettre cette démarche en pratique.

Les projets en cours sont nombreux et chaque bénévole est libre d’en proposer d’autres et de les mettre en place de façon autonome, et ce, à tout moment.

Actuellement, un des projets sur lequel je suis engagée consiste à aller à la rencontre des commerçants montpelliérains afin de savoir s’ils accepteraient de servir leurs clients dans des contenants apportés pour faire leurs achats (par exemple une boîte en verre pour y mettre son fromage ou sa viande). Quand les commerçants sont partie prenante, nous collons un macaron sur leur vitrine pour spécifier la démarche du commerce et donner de la visibilité à cet engagement. En parallèle, nous travaillons sur une cartographie de la ville de Montpellier pour localiser tous les commerçants investis dans cette démarche.

Un petit groupe de bénévoles accompagne des familles de la commune de Prades-le-Lez (34) dans un défi « famille zéro déchet ». Ce projet par exemple est une initiative portée par la mairie. Un autre groupe est en contact avec Montpellier Méditerranée Métropole pour tenter de réduire les barquettes en plastique dans les cantines.

Nous organisons ou co-organisons régulièrement des nettoyages de plage et enfin, chaque mois, nous animons des temps de rencontre qui nous permettent d’échanger avec un maximum de monde: un mois c’est un apéro Zéro Déchet, le mois suivant une réunion d’informations sur les actions de l’asso. 

 

 

3 – L’association Zero Waste France organise la seconde édition du Zero Waste Festival au Cabaret Sauvage à Paris les 28, 29 et 30 juin prochain*. Selon toi, en quoi cette manifestation peut aider certaines personnes à se lancer ?

 

Ce genre de manifestation permet de donner des clés aux personnes engagées afin de sensibiliser leur entourage. Il donne aussi des idées d’actions concrètes qui peuvent rapidement être mises en place chez soi, au travail, ou dans sa collectivité. Le type d’action qui aura un impact notable rapide.

Cela permet aussi de rencontrer des personnes qui sont dans la même démarche, ce qui crée une communauté d’entraide indispensable. Parfois, on peut se sentir un peu seul avec ses convictions !

Et pour ceux pour qui changer son mode de consommation semble très difficile, voire impossible et qui pensent que cela n’aura que peu d’impact, un tel événement montre concrètement ce que cela change, que c’est possible, pas si compliqué et sympa !

Et oui, il ne faut pas oublier de se faire plaisir lorsque que l’on décide de s’engager dans ce type de démarche. C’est essentiel pour réussir à mettre en place des changements de vie et de consommation dans la durée.

La culpabilité n’est pas constructive et c’est ok de ne pas être parfait !

Par exemple, moi j’adore les glaces. Mais je n’ai pas de machine à glace pour faire les miennes. Alors quand j’ai envie d’une glace je ne m’empêche pas d’en manger une même si elle est emballée ! Je fais aussi très souvent mes propres biscuits mais le week end dernier j’étais en déplacement et j’étais bien contente d’en acheter en supermarché.

Il faut penser que nous, les humains, nous fonctionnons à la récompense pas à la frustration. Et puis si l’on est frustré, on ne donne pas envie aux gens de s’engager dans une démarche zéro déchet, et cela rend la chose inaccessible et vraiment pas fun !

 

4 – On parle beaucoup du mouvement No Plastic en ce moment, avec les plastic attack dans les supermarchés, et plus récemment le No Plastic Challenge. As tu participé à des actions de ce genre et en quoi elles peuvent aider à une prise de conscience plus large  ?

Ces actions permettent aux gens de vraiment prendre conscience de la quantité d’emballages utilisés pour leurs produits du quotidien.

C’est bien parce que les campagnes, comme celle du No Plastic Challenge par exemple, sont très visuelles et marquent les esprits. Si cela pouvait faire réfléchir les industriels ne serait-ce que pour leur image de marque, ça serait intéressant !

Personnellement, je ne fais plus mes courses en supermarché donc je n’ai pas participé aux plastic attac. Mais pour moi, toute action qui va dans ce en ce sens, est positive.

Je suis partisane de l’exemple: “ fais, montre et réponds aux questions lorsqu’on t’en pose ”. De cette façon tu emmèneras beaucoup de monde avec toi !

 

 

 

 

 

5 – Quels sont tes 5 meilleurs conseils à quelqu’un qui voudrait se lancer dans le Zéro Déchet ?

  • Se dire que ce n’est pas la peine de tout changer tout de suite.

Avoir des objectifs atteignables et rester cohérent en finissant ce que vous avez déjà dans votre cuisine par exemple. Tout jeter pour repartir de zéro parce que ça va plus vite n’a pas forcément de sens même si je peux comprendre l’engouement.

  • Inspecter sa poubelle.

Ça donne un bon point de départ pour voir quel est notre plus gros poste générateur de déchets.

  • Rejoindre des groupes de discussion sur les réseaux sociaux.

Lorsqu’on se lance, on a souvent énormément de questions. Heureusement, d’autres se sont lancées avant vous et vous trouverez facilement et rapidement des réponses dans ces groupes.

  • Si vous avez des enfants faites les participer !

Fabriquer sa propre lessive, découvrir le fonctionnement d’un lombricomposteur ou réfléchir ensemble à comment remplacer la gourde de compote jetable du goûter. C’est un excellent moyen d’impliquer toute la famille et d’avancer plus vite dans la démarche.

  • Surtout ne pas oublier de se faire plaisir !

 

6 – Aurais-tu des lectures à conseiller à ceux qui s’intéresse à la démarche Zéro Déchet ainsi que tout ce qui concerne des modes de consommation plus raisonnés ?

Pour les livres, je recommande sans hésiter ceux de la Famille (presque) Zéro Déchet. Ils regroupent tout un tas d’idées et d’astuces faciles à mettre en place chez soi, ils sont illustrés et ludiques. Très bien aussi bien pour les adultes que pour les enfants!

Il existe aussi le blog du même nom ainsi que de nombreux autres blogs comme par exemple Camille se lance, Consommons sainement ou encore Ça commence par moi qui ne se concentrent pas uniquement sur la réduction des déchets mais qui apportent énormément d’idées et de pistes de réflexions pour adapter son mode de vie à ses valeurs.

Pour ceux qui ont du mal avec la lecture il y a aussi des documentaires intéressants comme « Ma vie zéro déchet » ou « No impact man » ainsi que des chaînes YouTube, il ne faut pas hésiter à fouiller !

 


Merci à Charlotte pour cet entretien, nous espérons que tous ses conseils et ses engagements vous auront inspirés ! Vous avez tout l’été pour vous lancer ! 

Vous avez envie de prendre la parole ici pour me parler de vos engagements pour la planète, d’un nouveau mode de vie plus doux pour l’environnement ou seulement de quelque chose qui vous anime en lien avec les valeurs portées par Vers La Terre ?

Écrivez-moi à lise@verslaterre.fr !

 

 

*Vers La Terre soutient la seconde édition du Festival Zéro Waste ! Retrouvez des ateliers lombricompostage animés par notre ami maître composteur Thierry Sin sur les trois jours de l’évènement. Tout le Programme des ateliers ici. 

Share This