COMPOSTAGE ET LOMBRICOMPOSTAGE

Deux procédés complémentaires

Lors de mes animations sur les marchés, j’entends souvent cette phrase : « puisque j’ai déjà un composteur dans mon jardin, je n’ai donc pas besoin d’un lombricomposteur dans ma maison ! ».

Nous allons voir ici que compostage et lombricompostage sont en fait très complémentaires, qu’une fois les bons gestes intégrés et avec de la pratique, cela devient alors quelque chose de ludique, enrichissant, et accessible à tous !

Dans nos poubelles grises, les biodéchets dits « putrescibles » représentent une part de 30% du volume de nos ordures ménagères résiduelles. Notons qu’ici, un déchet est composé à 80% d’eau. Alors que nous dépensons encore des milliers d’euros en collecte et en transport, ce sont donc des tonnes et des tonnes d’eau qui se baladent sur nos routes pour finir soit incinérées, soit enfouies… occasionnant ainsi tout un tas de nuisances au détriment des humains et de la planète.

Des solutions émergent, d’où la multiplication de zones de compostage en pied d’immeuble, en établissement ou chez les particuliers.  Les collectivités territoriales investissent de plus en plus dans l’achat de lombricomposteurs individuels et en équipent les habitants de leurs communes. Car ils l’ont bien compris, le tri à la source de nos biodéchets doit devenir une priorité. D’autant plus qu’avec de la pratique, ces solutions peuvent être mises en place très facilement.

Le déchet, une fois que l’on a refermé le couvercle de sa poubelle, il ne nous appartient plus. On ne veut ni savoir où est-ce qu’il part, ni savoir ce qu’il devient. Alors que pourtant… C’est de l’or qui se cache à l’intérieur de nos poubelles !

Intérêts de composter ou lombricomposter ses biodéchets :
=> Réduire puis valoriser le volume de ses déchets
=> Afin d’obtenir des engrais et amendements
=> Pour retrouver l’équilibre et stimuler la vie du sol
=> Et ainsi pouvoir manger plus sainement, plus localement

Lombricompostage

Où :
. En intérieur.city worms vert fabriqué en france vers la terre lombricomposteur
. En extérieur (avec recommandations).

 

Les gestes à adopter :
. Couper plus ou moins finement ses déchets.
. Apporter de la matière sèche (pas de branchages mais du carton).
. Couvrir.
. Pas besoin d’arroser.
. Pas besoin d’aérer.

 

Montée en température :
Absente, dégradation à froid.

Odeur :
Absente, si ce n’est celle de sous-bois.

Ce que l’on met :
Épluchures de fruits et légumes, coquilles d’œuf, thé, café, cheveux, poils d’animaux

 

Ce que l’on ne met pas :
Viandes, fromages, restes d’assiettes, ails, oignons, agrumes, riz, pâtes, pain

Produits obtenus :
. Lombricompost.
. Engrais liquide.

Récolte :
. Lombricompost : première récolte au bout de 3 mois, ensuite tous les mois.
. Engrais liquide : récolte constante, tout au long du processus.

Propriétés et usages des produits obtenus :

Lombricompost :
. Véritable booster, stable et directement assimilable par les plantes, restructure le sol, riche en microorganismes.
. Utilisé pour le rempotage, comme engrais de surface, comme amendement.
. 1/3 de lombricompost se mélange à 2/3 de terreau.

Engrais liquide :
. Fertilisant, stimulant, riche en microorganismes.
. Utilisé pour l’arrosage quotidien ou la pulvérisation foliaire.
. 1 volume d’engrais liquide se dilue dans 9 volumes d’eau – 1L d’engrais pur = 10L d’engrais.

Compostage

Où :
En extérieur.composteur, extérieur, déchet, bois

 

Les gestes à adopter :
. Couper plus ou moins finement ses déchets.
. Apporter de la matière sèche (privilégier les branchages au carton).
. Alterner les couches de déchets humides / déchets secs.
. Couvrir.
. Pas besoin d’arroser (si bien fait).
. Pas besoin d’aérer (si bien fait).
. Faire un retournement du tas (conseillé)

Montée en température :
Potentielle, dégradation à froid ou à chaud.

Odeur :
Légère de fermentation, pas dérangeante.

Ce que l’on met :
Épluchures de fruits et légumes, coquilles d’œuf, thé, café, cheveux, poils d’animaux, fromages, restes d’assiettes, ails, oignons, agrumes, riz, pâtes.

Ce que l’on met avec précaution :
Viandes (hormis en collectif car trop compliqué), pain en très petite quantité et émietté.

Produit obtenu :
Compost.

 

Récolte :
. Compost jeune : entre 3 et 6 mois.
. Compost mûr : entre 6 et 12 mois.

 

Propriétés des produits obtenus :

Compost jeune :
. Améliore la structure de la terre rapidement.
. À utiliser avec précaution, utilisable en inter-saisons sur les espaces libérés des cultures et sur les plantes bien développées.

Compost mûr :
. Structurant du sol.
. Utilisé pour le rempotage, comme engrais et amendement.
. Pour le rempotage : 1/3 de compost se mélange à 2/3 de terreau.
. Comme amendement : pur ou mélangé à du terreau.

En conclusion, avec un composteur, vous pourrez mettre tout ce qui ne va pas dans un lombricomposteur, cela nécessite juste d’avoir de la place. Avec un lombricomposteur vous obtiendrez plus rapidement engrais et amendement, il y aura très peu de choses à faire, si ce n’est de bien équilibrer les apports et recouper ses déchets s’ils sont un peu gros.

Dans les deux cas, la finalité reste assez claire : réduire ses déchets afin de rendre à la terre ce que nous lui avons pris ! 🙂